Les usagers vont devoir s’habituer à faire un signe au wattman pour monter dans le tram.
18 novembre 2021

Transports publics genevois – Pour prendre le tram, il faudra faire signe au wattman

Par Jean delort

Publié

Dès le 12 décembre, tous les arrêts desservis par le tramway passeront au régime à la demande.

Les usagers vont devoir s’habituer à faire un signe au wattman pour monter dans le tram.

Les usagers vont devoir s’habituer à faire un signe au wattman pour monter dans le tram.

Lucien FORTUNATI/TDG

Après les bus et les trolleys, c’est au tour du réseau de tramways de généraliser les arrêts à la demande. Dès le 12 décembre, jour du changement d’horaire, les usagers des Transports publics genevois (TPG) devront signifier leur volonté de monter dans un véhicule, en faisant signe au wattman, ou de descendre, en appuyant sur le bouton d’ouverture des portes. Sinon, ils en seront quittes pour attendre un peu plus, ou parcourir quelques centaines de mètres supplémentaires. C’est désormais l’entier du réseau des TPG qui est au régime de l’arrêt sur demande, initialement uniquement usité sur les lignes de campagne.

Pour les TPG, il s’agit de «fluidifier les courses, d’améliorer la progression des véhicules et réaliser des économies sur l’entretien de la flotte». L’introduction de l’arrêt sur demande en 2017 sur le réseau bus et trolleybus a «permis d’interrompre provisoirement la tendance baissière observée sur la vitesse commerciale». Limiter les arrêts permettra également de «limiter l’usure des pièces liées aux freins», de «diminuer l’énergie consommée et les nuisances sonores».

La régie publique va lancer une campagne de communication, afin d’informer ses clients avant la date fatidique. Elle indique que la mesure est déjà appliquée à quatre arrêts de tram sans «problème particulier». Par ailleurs, instruction a été donnée aux conducteurs «d’appliquer dans un premier temps cette mesure en s’arrêtant systématiquement en présence de voyageurs». Enfin, la régie se dit persuadée «que ce réflexe deviendra une habitude pour nos clients et nos clientes, comme c’est le cas aujourd’hui sur le réseau de bus et de trolleybus».

Nouveau service

L’introduction de l’horaire d’hiver verra également le démarrage du projet pilote TPG Flex dans la Champagne genevoise. Une nouveauté de taille, puisque sur les lignes 76 et 77, hors des heures de pointe, il n’y aura plus ni arrêts ni horaires. En lieu et place, du lundi au vendredi, entre 8h50 et 16h30, ainsi que 19h45 et 22h30, la régie assurera un service de bus à la demande. Les usagers pourront commander un véhicule via l’application dédiée ou une page Internet, jusqu’à 15 minutes à l’avance, «sachant que plus la course sera commandée tôt, plus ceci permettra de l’obtenir à l’horaire souhaité».

Les communes d’Avully, Avusy, Cartigny, Laconnex, Soral et Viry (F) seront reliées entre elles ainsi qu’à la gare de la Plaine, à Dardagny. Les TPG annoncent anticiper «durant les premières semaines d’exploitation une période de mise au point». Contrairement au service Proxybus stoppé en 2016 et qui fonctionnait notamment via une centrale de réservation, TPG Flex «est un système automatique qui gère les missions et communique aux chauffeurs les courses et l’itinéraire optimal». Ce type de service existe déjà dans le Gros-de-Vaud, les Grisons, Zurich ou encore Appenzell Rhodes-Intérieures.

Lignes prolongées et fréquences doublées

Plusieurs lignes vont connaître des extensions de parcours. Ainsi, les tracés du 2 et du 7 seront prolongés respectivement jusqu’à Cressy et jusqu’au Bout-du-Monde. Malgré le fait qu’il s’agisse de trolleys, il ne sera pas nécessaire d’installer des lignes aériennes grâce à des batteries de nouvelle génération. Le réseau des bus sera également modifié, notamment les lignes 11, 59 et 62.

La desserte des campagnes sera doublée le samedi matin. «La majorité des lignes secondaires passeront d’une fréquence de 60 à 30 minutes entre 7h et 12h.» Les TPG souhaitent ainsi «encourager le transfert modal pour la mobilité de loisirs et augmenter l’attractivité pour les pendulaires du samedi.» Enfin, les synergies avec les lignes transfrontalières seront renforcées.

(mpo)

Lire d’autres articles qui concerne Genève

Article d’origine