Instruction publique genevoise – Parents et professeurs, tous derrière le DIP pour le numérique
19 novembre 2021

Instruction publique genevoise – Parents et professeurs, tous derrière le DIP pour le numérique

Par Jean delort


– Parents et professeurs, tous derrière le DIP pour le numériqueLes associations faîtières s’unissent pour défendre les projets de loi d’équipement combattus par une pétition.Publié: 18.11.2021, 17h03Une pétition demandant à repousser la formation par le numérique au primaire a été approuvée en commission.VQHUne telle solidarité en bloc avec le Département de l’instruction publique est assez rare pour être signalée. Alors que deux projets de loi d’équipements numériques patientent dans les coulisses du Grand Conseil, et qu’une pétition demandant à repousser la formation par le numérique au primaire a été approuvée en commission, les soutiens affluent soudainement. Quatre associations représentatives de professeurs et de parents* prennent la parole pour défendre le travail accompli par les autorités.Dans un communiqué de presse, la FAPEO, qui rappelle au passage qu’elle est «l’interlocuteur «parents» officiel du canton» (contrairement au collectif RUNE auteur de la pétition), salue «la consultation de l’ensemble des partenaires» dans le cadre d’un plan d’étude romand «consensuel». «À aucun moment il n’a été question de donner à chaque élève une tablette ou un ordinateur […] l’enseignement pour les degrés 1-2-3-4 est majoritairement «débranché».» Elle conclut préférer «confier à l’école publique un enseignement construit et partagé plutôt que de ne rien faire et constater […] que les jeunes sont souvent démunis devant un outil numérique dès lors qu’il s’agit d’y faire autre chose qu’un jeu ou des messages.»Des «besoins pédagogiques clairs»Côté professeurs, un autre communiqué défend les «besoins pédagogiques clairs» auxquels répondraient ces investissements, grâce à une «concertation constructive» avec les partenaires sociaux. Le texte rappelle que si les projets de loi précédents n’avaient pas apporté satisfaction, les derniers en date «ont au contraire été liés étroitement aux objectifs d’apprentissage» et répondent «à une demande forte du corps enseignant».Les enseignants s’inscrivent en faux contre la position du collectif RUNE: «il est malheureux de propager l’image d’une école tout numérique qui n’existe pas». Les projets de loi, dont l’un porte sur le réseau sans fil, devraient être traités en commission avant la fin de l’année.*La Fédération des associations de parents d’élèves de l’enseignement obligatoire, la Société pédagogique genevoise — qui représente les maîtres du primaire – la Fédération des Associations des Maîtres du Cycle d’Orientation et l’Association Genevoise des Employés des Écoles Professionnelles.Sophie Simon est journaliste à la rubrique genevoise depuis 2011. Elle enquête notamment dans les domaines de l’éducation, la santé, le tourisme, la politique. Elle couvre aussi les rapports de la Cour des comptes et les arrêts du Tribunal fédéral. Elle est titulaire d’un master en journalisme du CELSA (Sorbonne).Plus d’infosPublié: 18.11.2021, 17h03Vous avez trouvé une erreur?Merci de nous la signaler.
Lire d’autres articles qui concerne Genève

Lien vers article original