Votation du 28 novembre – Destituer ses ministres n’a rien d’exotique
16 novembre 2021

Votation du 28 novembre – Destituer ses ministres n’a rien d’exotique

Par Jean delort


– Destituer ses ministres n’a rien d’exotiqueAlors que Genève pourrait se doter à la fin du mois de procédures révocatoires, tour d’horizon de pratiques répandues ailleurs en Suisse.Publié aujourd’hui à 14h00 Le Grand Conseil a voté les articles soumis au peuple à la quasi-unanimité début juillet (photo d’archives).PIERRE ALBOUYSi le peuple l’accepte ce 28 novembre, Genève se dotera de la possibilité de révoquer un membre du Conseil d’État, que ce soit en cas de rupture de confiance ou d’incapacité à exercer sa fonction. Démarche pionnière de la part d’un canton suisse? En aucun cas.Genève a planché sur une possible destitution en préparant sa nouvelle Constitution de 2012, mais y a alors renoncé. Chez nous les gens démissionnent quand ils y sont acculés, s’est-on dit alors. Inutile d’importer des procédures exotiques. Entre-temps, l’opinion dominante du sérail politique s’est retournée avec l’affaire Maudet. Le Grand Conseil a voté les articles soumis au peuple à la quasi-unanimité début juillet.
Lire d’autres articles qui concerne Genève

Lien vers article original